Vous êtes ici : Accueil

Articles

Le jeudi 27 novembre 2014, s’est tenue à Hyères, organisée par l’APSCJ en lien avec les associations du réseau arc méditerranée du CNLAPS, une journée dédiée au thème : prévention spécialisée et décrochage scolaire.

Plus de 140 participants ont marqué par la qualité des échanges cette manifestation destinée à mieux repérer les actions conduites auprès des collégiens, par les associations de prévention spécialisée.

En propos introductifs M. PERMINGEAT directeur de l’enfance auprès du conseil général du var et René TOULY vice-président de l’APSCJ ont tour à tour évoqué un phénomène majeur mais peut-être pas toujours identifié.

La France est un mauvais élève en cette manière.

En effet, environ 620 000 jeunes ont subi ce décrochage, et environ 140 000 jeunes par an. Les élèves sont de plus en plus jeune : 12-13 ans.

Plusieurs plans d’action lancé par le Gouvernement visant notamment à équilibrer les actions entre les actions de remédiation et les actions de Prévention (et la prévention est ce qui marche le mieux).

Mais aussi :

- impliquer les parents dès les premiers signes d’absentéisme

- permettre une réactivité rapide des institutions

- rechercher et traiter les causes de l’absentéisme.

L’intervention de M. A Hyères, M. Xavier PAPILLON, DAASEN du Var a permis de souligner l’importance d’une vision globale de la problématique c’est-à-dire dépasser la simple addition des actions mises en œuvre et envisager un partenariat qui favorise une action efficace.

 dcrochage scolaire

Les actions exposées par 6 associations de Prévention spécialisée (Var, Aude, Corse du sud, Gard, Bouches du Rhône, Hérault) ont illustré, par quelques exemples, des modalités d’intervention et de coopération précieuses à partir de supports comme :

  • Chantiers pédagogiques,
  • Temps de rupture hors environnement avec approche du professionnel par une mise en situation plus ou moins poussée,
  • Accueil des élèves exclus,
  • Accompagnements individuels ou collectifs en lien avec l’EN,
  • Atelier de raccrochage,
  • Ateliers relais.

En propos de conclusion, Eric REDEIRER chef de projet au CNLAPS explique « C’est bien que la Prévention Spécialisée dise elle-même ce qu’elle fait, car il y a un vrai savoir-faire. » et propose que le CNLAPS puisse solliciter le Ministère de l’éducation nationale pour faciliter les liens, pas toujours évidents selon les secteurs géographiques, entre les acteurs associatifs et la communauté éducative.

A suivre donc…

Merci aux intervenants, participants de cette journée et à l’équipe d’organisation.

Aller au haut